Documents de Travail et Hypothèses

Les étudiants des universités associées au réseau étudient les modalités et les problèmes pour le développement du tourisme scientifique. Cet espace permet à ceux qui le souhaitent de présenter leur projet de recherche et développement en cours.

Exemples :

  • Proyecto doctoral de Yannick Vialette  La réinvention des alpes : quand la dialectique tourisme et science participe à accompagner la mutation des environnements montagnards. / Reinventing the Alps: when the dialectic of tourism and science helps to support the transformation of mountain environments.

Projet de thèse soutenu par Jean-Gabriel VALAY, professeur de l’Université Grenoble Alpes et directeur de la Station alpine Joseph Fourier et Pascal MAO, enseignant-chercheur de l’Université Grenoble Alpes et du laboratoire PACTE et directeur du CERMOSEM. La thèse sera accueillie au sein de l’UMR Pacte et rattachée à l’école doctorale SHPT.     http://www.theses.fr/s214215

Ce projet de thèse s’ancre dans une démarche inversée permettant un transfert de connaissances et un retour d’expériences du Sud vers le Nord et dans un contexte de valorisation et de préservation des espaces naturels. Ainsi ce travail de thèse se donne pour ambition de questionner comment le tourisme scientifique participe à la réinvention de ces espaces à travers les changements de représentations et les nouveaux usages et dynamiques territoriales qui en sont faits. Pour se faire, il interrogera les hypothèses suivantes : – Le tourisme scientifique permet une appropriation du territoire et contribue à sa redéfinition par le transfert et la production de connaissances environnementales spécifiques, – le tourisme scientifique offre de nouvelles dynamiques territoriales soucieuses des enjeux environnementaux répondant aux besoins de développement et attentes locaux, – Par la valorisation (transfert et production) scientifique d’un territoire, le tourisme scientifique permet de vivre une expérience personnelle répondant aux mutations sociétales visant à redonner du sens à ses mobilités touristiques et de loisirs. Afin de mener à bien cette recherche, 3 terrains porteurs d’initiatives ou propices au tourisme scientifique seront travaillés : – Le massif du Mont-Blanc autour des questions dynamiques glaciaires et du permafrost. – Le Jardin du Lautaret, lieu de science et tourisme, autour de la question des écosystèmes d’altitude – Les milieux souterrains (grottes touristiques et milieux karstiques) comme marqueur des dynamiques climatiques et environnementales passées et présentes.

  • Projet de doctorat par Gianella Rojas Figueroa

TOURISME SCIENTIFIQUE DANS LES ZONES PROTÉGÉES

    • Programme de doctorat : Tourisme, économie et gestion à l’Université de Las Palmas de Gran Canaria, Espagne, Directeur de programme : Carmelo Javier León González, Coordinateur du programme : Beatriz González López – Valcárcel, Directeur(s) de thèse : Matías González Hernández et Javier de León Ledesma, Dr.
      Date de début 22/01/2018

      La recherche présentée ci-dessous passera en revue les théories relatives à la contribution de la science au tourisme. Une fois détectée la perception dissipée du statut de la science dans la conformation du produit touristique et sa contribution à l’expérience et au comportement des touristes, cette étude vise à quantifier la contribution de la communication scientifique et à la mettre en relation avec la valeur de l’expérience des touristes lors de leurs visites dans les aires protégées des îles Canaries dans quatre écosystèmes différents, qui seront très utiles aux gestionnaires des aires protégées et autres décideurs. De plus, cette contribution académique peut avoir une influence positive sur l’amélioration du comportement des visiteurs, étant donné que les disciplines scientifiques permettent une large compréhension des impacts que les touristes peuvent avoir sur l’environnement (Higham & Lùck, 2008).